F.A.Q.

Espace de réponse aux questions les plus fréquentes :

– Comment gérer en étant à temps partiel ? Comment fait la décharge ?

La méthode a été testée dans ces conditions. Elle peut très bien fonctionner en ayant deux enseignants sur la classe. Le fonctionnement arrêté a été le suivant (avec des 25% ou 33%):

  • La « décharge » (complément de service) met en œuvre la séance qui vient dans la continuité du module. Ce qui signifie qu’elle peut faire de la numération ou de la géométrie, ou…Ce fonctionnement est moins « enfermant » que le classique « géométrie » souvent « collé » à la décharge. Les collègues ont apprécié et cela renforce leur rôle auprès des élèves comme « vrai » enseignant.
  • Le titulaire de la classe organise et prépare les documents concernant la séance qui sera menée par la décharge.
  • La « décharge » ne mène pas de séance de régulation si elle ne vient qu’à 25%. C’est au titulaire de construire cette séance car il a plus de recul.
  • Il faut une bonne coordination entre les deux et prendre le temps de faire le point régulièrement.

Pour des collègues à mi-temps, c’est dans le même esprit mais avec un suivi plus régulier sur ce qu’a fait l’autre collègue. Mais ce sont dés échanges qui sont intéressants et enrichissent la pratique mutuelle.

– Il n’y a pas d’indication de durée pour les différentes étapes des séances du module ?

=> Non, rien ! La totalité de la séance est prévue pour 1 heure mais prévoir les différentes phases semble difficile entre un cours simple, un cours double, une classe chargée ou non, les particularités de certains élèves…C’est à vous de par votre pratique de gérer et d’ajuster.

Toutefois, il faut se dire que les parties orales et calcul mental doivent être assez rythmées. Elles seront l’occasion de rétroactions (cf guide) pas d’un « cours complet ». La résolution de problèmes doit quant à elle être limitée (10 min max). Il ne sert à rien de s’éterniser pour 2-3 élèves et que les autres fassent autre chose. Pour ces élèves là, on utilisera les séances de régulation pour prendre le temps de revenir sur un raisonnement, une procédure.

D’expérience, les collègues trouvent le rythme assez rapidement.

– Pour les ateliers, on constitue les groupes au hasard, avec des niveaux hétérogènes, des niveaux homogènes … ?

Je ne donne pas d’indications volontairement. Vous ferez les meilleurs choix selon les contenus des ateliers. Ce que j’appelle « atelier » n’en est pas toujours à strictement parler, quand par exemple les élèves sont chacun sur une tâche individuelle. C’est plus pour désigner l’organisation que j’emploie ce terme.

De préférence, les groupes hétérogènes pourront être intéressants car dans un groupe homogène faible, ça ne décolle pas des fois…

– Toujours pour les ateliers, y en a-t-il un prioritaire pour la présence du PE ? où se situe-t-il ?

C’est parfois précisé. Quand ça ne l’est pas, c’est à vous de tourner et de vous attarder là où c’est le plus nécessaire (et ça varie d’une classe à l’autre!).

– Est-ce que pour le matériel de numération en base 10 et les abaques, la couleur des différents éléments est importante ?

Il est important sur tous les documents (papier, affichages, traces) que l’on garde la même désignation de couleur (unité bleu, dizaine rouge, centaine verte) mais cela n’a pas posé de soucis pour le matériel de manipulation d’avoir des couleurs différentes.

Vous disposez des documents au format modifiable donc vous pouvez changer si vous en ressentez le besoin.

– Comment gérer les cours doubles (triples) comprenant des maternelles ?

Il y a eu plusieurs configurations de ce type chez les « testeurs »: MS/GS/CP, GS/CP/CE1 ( et jusqu’à 28 élèves !), et GS/CP.

Cela n’a pas posé de problèmes majeurs aux collègues. Comme tout cours double/triple, cela demande de penser l’aménagement de la classe, sa gestion de classe et du temps. La difficulté est de gérer l’heure de séance avec les maternelles.

Deux solutions :

1/ couper la séance des CP en deux temps pour mieux gérer les maternelles

2/ associer les maternelles au fonctionnement : les GS ont ainsi souvent participé aux activités orales des CP et au calcul mental, de façon adaptée. Sur les classes qui ont procédé ainsi, cela a amené les élèves de GS à avoir un excellent niveau sur l’aspect numération en particulier. Pour beaucoup de GS, ils ont fini l’année avec un niveau bien au-delà des attendus. Du coup, cela peut devenir un inconvénient car il faudra gérer cette différence l’année suivante…mais va-t-on réellement s’en plaindre si on les a emmenés beaucoup plus loin ? J’ai vu ainsi des GS compter à rebours à partir de 100 au mois de mars, en ayant compris que compter à rebours c’est bien enlever 1…

Pour les maternelles, voir l’article dédié avec des ressources.

– Mais il y aura quoi dans les cahiers ?

Mine de rien, avec tous ces fichiers, jeux, activités orales…ils vont quand même bien gratter puisqu’un cahier de 96 pages ne suffit pas dans l’année…

Dans le cahier, on trouvera les exercices, traces de recherches, fiches collées, etc.

Diaporama de photos tirées de cahiers de CP, CE1 ou CE2:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :