Argumentaire MHM

Pour répondre à plusieurs demandes, je propose ici un argumentaire sur le choix de MHM. En effet, pour diverses raisons (PPCR, etc) , certains d’entre vous se sentent obligés de justifier le choix de MHM comme si c’était une méthode « alternative », « bizarre » ou « hors cadre ».

Cela soulève une question de fond : les enseignants disposent de la liberté pédagogique. Vous êtes libres de choisir une méthode ou des modalités d’enseignement tant que vous respectez les programmes et que votre choix contribue à la réussite des élèves. Ensuite, je n’ai jamais vu d’enseignants se sentir obligés de justifier qu’ils aient pris tel ou tel fichier…Comme si le simple fait que ce soit édité suffise à cautionner l’outil…ce qui est très discutable pour le coup…

Pourquoi MHM  ?

– C’est une méthode qui s’appuie sur les programmes. Malgré le tampon que certains éditeurs impriment, ce n’est pas toujours vrai. Et en CM c’est la seule qui s’appuie sur les ajustements de programmes sortis en juillet 2018 !

– C’est une méthode d’enseignement construite sur des bases scientifiques (pédagogiques, didactiques) claires. La quasi totalité des sources est citée dans le guide. Je n’ai pas construit cette méthode sur mes seules connaissances mais bien sur une tentative de synthèse pragmatique des recherches en mathématiques (Brissiaud, Charnay, Dias,Houdement, etc.) mais aussi des chercheurs étrangers), en pédagogie (Meirieu, Connac, Houdé, Lescouarch, Hattie, Tricot,etc.).  Combien de fichiers, manuels ont cette assise ? Combien d’outils l’explicitent clairement ? Un test pour vérifier la qualité d’un manuel en CM: allez voir comment ils enseignent la multiplication par 10…Quand on vous raconte qu’il s’agit d’ajouter des zéros, vous pouvez alors sérieusement remettre en cause la qualité didactique de l’ouvrage….

-C’est une méthode qui s’appuie explicitement sur les recommandations officielles: les recommandations de la conférence de consensus du CNESCO, le rapport Villani-Torossian.

– C’est une méthode qui donne l’apparence d’être clé en mains mais qui demande un changement de posture professionnelle. Elle est exigeante. Elle ne considère pas l’enseignant comme un simple exécutant mais comme un professionnel compétent qui doit mettre en œuvre des gestes professionnels plus complexes qu’il n’y parait: conduite de classe, enseignement explicite, analyse, étayage, etc. C’est d’ailleurs ce qui explique des mises en œuvre très variés !

– C’est une méthode qui préconise le travail en équipe, car la responsabilité pédagogique doit aussi être ancrée à la liberté pédagogique.

-C’est une méthode qui a prouvé son efficacité. Les enseignants qui l’ont utilisé ont évalué et constaté des progrès et des compétences des élèves acquises et bien acquises.  Certes pas dans le cadre d’une évaluation scientifique standardisée qui d’ailleurs est quasi impossible à faire…

Enfin, c’est une méthode évolutive, mise à jour chaque année sur les recherches les plus récentes, les retours des enseignants, les demandes institutionnelles…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :